Louise PEPERSACK

(Bruxelles, 1889 - Ixelles 1986)

 

En 1940, en pleine guerre mondiale, elle décide de fréquenter l'académie de Bruxelles. Séduit par le caractère à la fois narratif et caustique de son art, le peintre J.J. Gaillard lui donne quelques conseils techniques. Poète avant tout, elle représente des villes étranges, des farces non dénuées de parenté avec l'esprit de Ghelderode. Un cerne noir, souvent épais, délimite les contours des plans et personnages, campés dans un décor onirique auquel elle attache une particulière importance. S'installe un temps en France. Ses sujets sont appliqués résolument sur la toile et présente des contours robustes. A exposé aux Palais des Beaux Arts de Charleroi en 1962, à la Galerie "Le cheval de Verre" à Bruxelles en 1955, 1958 et 1964.
Œuvres acquises par l'Etat en 1964,1966 et 1971 et à la Maison des Arts spontanés et naïfs à Bruxelles. Mentionné dans BAS II et Deux Siècles de Signatures d'Artistes de Belgique.


Source Le guide ARTO
et Le PIRON


Le travail de Louise PEPERSACK est vraiment étonnant et se rapproche de la famille de Gaston CHAISSAC. Son œuvre est assez inconnue du grand public et n'est quasimment jamais passée en Salle des Ventes. Je considère ce travail comme important au regard de ce la peinture va devenir à l'aube des années soixante dix où des gens comme BASQUIAT ou KEITH HARING vont proposer à la modernité picturale une simplification du paysage (dans des styles différents) mais, où la dimension des personnages pris dans une naïveté et un dépouillement des plus totaux, va prendre le pas sur l'hypperréalisme ou l'abstraction des années 50 -

Louise PEPERSACK appartient à cette veine de précurseur, à une échelle plus modeste, mais ce qui est formidable c'est qu'elle a commencé à peindre vers 55 ans et au regard de son travail, c'est une information vraiment intéressante -

Ses  personnages, ses paysages, défendent avant tout une poésie propre à l'enfance, mais la composition est toujours très structurée et propose une vraie dimension poétique.

Christophe Derouet

 Louise Pepersack Ecole Belge Bruxelles 1889-1986.

Suit des cours à l'Académie de Bruxelles. Bénéficie des conseils et du soutien de Jean-Jacques Gaillard. Ne débute qu'après la cinquantaine. A peint des intérieurs, des paysages, des scènes de cirque, des vues de villes étranges, des chevaux et des natures mortes. S'installe quelques temps en France...  

Souce Piron Dictionnaire des Peintres Belges.

 

 Egalement dans "L'ART NAIF, Encyclopédie mondiale" 1984 où l'une de ses toiles "le Départ"  60 x 74 est reproduite..

 

 


 

LES OEUVRES

N

PEPERSACK Jeanne d'Arc années 60 44,5 x 34,5

JEANNE D'ARC - des années 1960

Huile sur papier - 44,5 x 34,5

 

PEPERSACK La promenade du roi 1970 66 x 55 

LA PROMENADE DU ROI - 1970

Huile sur papier - 66 x 55

 

PEPERSACK L'arbre 1969 66 x 57

L'ARBRE - 1969

Huile sur papier - 66 x 57 

 

PEPERSACK Guignol 1971 57 x 66

"GUIGNOL" - 1971

huile sur papier - 57 x 66

 

PEPERSACK Ville de Provence ou d'Italie 1948 36,5 x 51 

"VILLE DE PROVENCE OU D'ITALIE" - 1948

Huile sur papier - 36,5 x 51

N

PEPERSACK Sirène et Cerf 1966 36,5 x 28,5

"SIRENE ET CERF" - 1966

Gouache sur papier - 36,5 x 28,5

.

PEPERSACK Le petit chaperon rouge circa 1965 36 x 51

 

LE PETIT CHAPERON ROUGE - circa 1965

Huile sur papier - 36 x 51

n 

PEPERSACK Personages 1965 57 x 65 

"PERSONNAGES" - 1965

Huile sur papier - 57 x 65 

 

PEPERSACK La famille 1970 57 x 66

LA FAMILLE - 1970

huile sur papier - 57 x 66

N

PEPERSACK Couple préhistorique 1970 56 x 66 

COUPLE PREHISTORIQUE - 1970

huile sur papier - 56 x 66

.

RETOUR AUX LISTES DES ARTISTES

(art brut.. art naïf.. et figuration libre..)

 


 

Louise PEPERSACK© tous droits réservés - Avec l'autorisation de Louis Guyard pour la collection